Un froid sec #18

extraits, Un froid sec

C’était à la fois étrange et reposant de glisser dans ses vêtements, de les essayer un à un en descendant le décolleté d’un col en v sur ses pectoraux ou en tournant une jupe un peu flottante à sa taille. Les chaussures de sa mère étaient entassées sans distinction dans un sac poubelle. Damien chaussait deux pointures au-dessus mais ne souhaitait pas les donner à quiconque.Un peu de givre sur la fenêtre durcissait avec la fin de la journée et sa respiration sortait en volutes dans la chambre comme d’une cigarette opportune. Les radiateurs éteints depuis ces jours derniers ne l’indisposaient pas. La succession des essayages laissait même une fine sueur sur le haut de son corps qui alourdissait l’odeur de son parfum. Damien enchaînait les gestes devant les glaces de l’armoire avec rapidité, non pas à la sauvette mais sous l’impulsion d’une frénésie. Il n’attendait rien de son reflet qui renvoyait son image affublée de ses fringues. Juste son sourire dont il ne savait plus s’il était victorieux ou gêné, un peu des deux croyait-il quand le lit se trouvait dans son champ de vision. il avait baisé sur sa couette en satin avec une voisine qui n’en demandait pas tant après l’avoir aidé à porter quelques-uns de ses meubles à la déchetterie. Il n’avait pas osé aller jusqu’à ouvrir sa couche pour se tordre et hurler son plaisir dans les draps inchangés depuis qu’on avait enlevé le corps.Sa mère était morte la semaine dernière, mais Damien avait l’impression de rouvrir sa chambre après avoir vécu une longue vie loin de sa maison, loin de Villebasse où il avait enchaîné les jobs lamentables pour l’entretenir et lui payer ses putains de médicaments.Le bleu du téléphone attira son regard. Quand il l’avait décroché pour appeler le SAMU, l’âme de sa mère avait déjà fugué tandis que son corps puait la barbaque. Il ne l’avait jamais touché avant ce jour. Elle était la seule à s’en servir, rarement. En entrant dans sa chambre, on faisait rapidement le tour de ses possessions, de ses propriétés. Un territoire petit et mal entretenu qu’elle quittait à regret, pressée par tout ce qui pour elle était une obligation. La décence lui interdisait tout juste le pot de chambre et la toilette de chat dont elle se serait sinon contentée. Damien la croisait quelquefois dans ses peignoirs et ses robes de chambre. Elle se vêtait rarement pour sortir. Damien était son meilleur domestique et il expédiait ses affaires courantes sans jamais faillir : il avait trop peur qu’un manquement ne la tue.Les cloches de Saint-Estin sonnèrent l’heure. Damien adressa un adieu muet au téléphone, au lit et aux miroirs qui le montraient dans le manteau-redingote favori de sa mère, d’un agréable vert bouteille. Il huma un reste de son parfum à l’ylang-ylang accroché sur le pull et il sortit de son sac à main un échantillon de patchouli qu’il ouvrit et répandit sur la couette. Ça chassait les sorcières à tous coups et Damien ne souhaitait pas que sa mère lui jouât un nouveau tour, même à présent qu’il l’avait vaincue.

3 réflexions sur “Un froid sec #18

  1. Ce texte , à « votre sauce blanche » dont vous avez gardé le QI pour vous intrigue. Chez les Daguin, on est bonne gueule et grande gueule et gueule de bois à vous lire
    Est ce exact que la mignonne à mignonnette faisait des mignardises avec le minotier pour avoir la meilleure farine pour la sauce blanche?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s