Par la fenêtre

J’ai vu une chauve-souris
Peinte en roux
Accrochée au bois fragile
D’un arbre mort.

Quelle idée, tout de même,
De grimer en ribaude
Un oiseau ordinaire !

Cette tache ridicule,
Entre les neiges rangées
Sur des branches en crédence —
Telle l’ordonnance de ma cuisine
Bouleversée par le monde
Entre les rideaux de ma fenêtre,
Me fait penser au jour prochain
Où ma fille lâchera ma main.

Il fera alors, doux et attiédi,
Un froid de cendre blanche.

(Photo Antanas SutkusMother’s hand (1965)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s