Lecture-rencontre le 06 avril à la Maison de la Poésie de Pau

Affiche rencontre-lecture Maison Poésie Pau

Publicités

12 commentaires Ajouter un commentaire

  1. anne7500 dit :

    J'ai rencontré votre éditeur des Carnets du dessert de lune et Francesco Ptau à la Foire du livre de Bruxelles. Nous y avons aussi parlé de vous… en bien 😉 (j'ai parlé de votre recueil à des copines, elles se sont laissé séduire) Et là, je découvre votre joli visage… Pau c'est vraiment trop loin (quelle bonne idée, une rencontre autour de deux poètes contemporains !!) mais si jamais vous montez plus haut vers le Nord… je guetterai les nouvelles 🙂

    J'aime

  2. anne7500 dit :

    C'est plutôt Francesco Pittau, bien sûr. Et c'est à Pau ou à Poitiers ? (même à Poitiers, c'est un peu loin…)

    J'aime

  3. Anna de Sandre dit :

    Aucun des deux ne m'en a parlé, je vais leur botter les fesses. Pour nous croiser un jour, peut-être, voici mon actualité :
    http://biffureschroniquesads.wordpress.com/actualite/

    à très bientôt je l'espère, Anne.

    J'aime

  4. Adrienne dit :

    c'est bien, d'avoir un lieu qui s'appelle Maison de la poésie 🙂
    je vous souhaite une belle rencontre!

    J'aime

  5. patrick verroust dit :

    J'ai fait partie d'un lieu qui s'était autoproclamé « Maison de la poésie »….J'y professais, je le professe, toujours, que la poésie n'a pas de maison. Dans ce lieu là,il y en avait tellement peu ou elle servait de prétexte à des intérêts pseudos idéologiques et surtout très personnels, que je l'ai quitté sans regret. La poésie est un furet fait pour courir, il surgit à l'improviste, n'appartient à personne, il s'échappe, fuit…Le laisser vivre sans dévotion bigote est un des moyens de croiser son chemin…

    Il est agréable et surprenant de voir le regard de l'auteure qui ,ici, s'exprime. Je ne me prononcerai pas sur la joliesse du visage pas plus que je m'interroge sur les lacs
    masqués derrière cette figure enjouée, j'aime bien son écriture, surtout, la poétique déliée, musicale, sa douceur extrême et ses soudaines éruptions de violence…

    Je crois qu'avec un artiste ou on garde distance ou on est ami complice, il n'y a pas de demi mesure quand l'art pointe son museau hors des galeries de nos vies de taupe aveugle, fouissant vers la lumière, rejetant des déjections de compromis…

    Décidément, Poitiers est un lieu où on s’arrête. Le 6 avril sera « battle » de poésie, il n'y aura pas de mots morts. Ad vienne qui pourra! Est ce après Boivre que s'envola la chanson « Elle avait de tout petits pictons…. »

    J'aime

  6. Une photo sensationnelle 🙂

    J'aime

  7. Douglas dit :

    Félicitations ! ;7)

    J'aime

  8. laurent dit :

    Anna de Sandre à Poitiers,
    Comme le temps passe vite…

    J'aime

  9. Anna de Sandre dit :

    Merci beaucoup, Adrienne.

    J'aime

  10. Anna de Sandre dit :

    N'est-ce pas ? la photographe est Frédérique Martin, tu la connais ?

    J'aime

  11. Anna de Sandre dit :

    Merci Douglas 🙂

    J'aime

  12. Anna de Sandre dit :

    A qui le dis-tu ! 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s