Tenere non potes, potes non perdere diem

La mémoire est une rivière changeante
Que certains souvenirs
Remontent depuis sa source
Parfois bien loin
En amont
Du point où on les attend.
L’appel
Qui meut ces drôles de saumons
N’est pas plus impérieux
Que celui de leur l’instinct
Et pourtant,
Le bénéfice engendré
Par la réussite de leur périple
Peut être espéré
Avec davantage de ferveur.
Et si, par exemple,
L’astucieuse mouche qui les fait accourir
Est le printemps grandiose
Qui s’avance,
Alors les plus ténébreux
Perdront
La nocuité de leur poison.
Publicités

3 commentaires sur « Tenere non potes, potes non perdere diem »

  1. patrick verroust
    12 Mar 2018 à 20 08 39 03393

    Bonjour Anna,
    Je n’ai jamais perdu mon temps lors de mes visites ici… Certaines de vos comptines chantonnent dans ma mémoire…..

    J'aime

      1. C’est gentil, Anna, d’autant plus que je ne vous imagine pas célébrant ce genre de culte qui oscille entre le religieux laïcisé et l’événementiel bourré….En un mot , une remarquable mésinterprétation qui convient bien à l’acculturation caractéristique de notre époque…Une pinte de rires…Slàinte !!!

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s