En marche

© John Divola

La fin d’un monde aura l’odeur
D’une orangeraie
Et je n’en serai pas surprise

Les pisteurs fermeront les chemins
À la vue
Des arlequinades parfumées abuseront
Des chiens
Et ceux-ci gémiront
Les oreilles couchées par le plaisir
Tandis que je resterai
En marche

Les esprits obscurcis le temps
D’un leurre de ma façon
Resteront apaisés
Quand j’aurai déjà détruit
Leurs maisons et leur lignée
Pour venir te chercher

(extrait d’un recueil épuisé, en préparation pour un recueil corrigé et augmenté)

Une réflexion sur “En marche

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s