Le Harrison est dans le Gers

L A BUSE TOURNOYAIT EN SPIRALE, à une distance qui permettait d’affirmer qu’elle attendrait en vain. Il suffisait pour s’en rendre compte de pénétrer dans la forêt, d’avancer dans les odeurs de cheval et d’automne et de suivre la courbe du chemin de terre en fixant avec un point de vue autrement intéressant le petit…

Quante storie

Journal du temps qu’il fait — Dans le domicile diurne de Saturne

When spring comes around

Dans le cadre du Printemps des poètes 2018 et du multiculturalisme inclusif, j’ai écrit un poème hispano-gersois que j’ai intitulé : « Hasta luego Astaffort ».